Être sympa, c’est trop bien

Alors déjà, vous devez vous dire « Dis donc, Julia elle est quand même très inspirée niveau titre d’article… ».

Ce à quoi je vous répondrai 1) Oui, effectivement, je suis une femme inspirée (déso pas déso) 2) Tu n’es pas très bienveillant dis-donc, et ce n’est pas faute de t’avoir prévenu (oui, parce que je l’entends ton petit ton ironique dans cette phrase toute innocente (je ne suis pas qu’une femme inspirée, je suis également une femme perspicace (je sais, je cumule))).

Bon, revenons-en à nos moutons…

 

(Close enough)

DONC !

Pourquoi être sympa, c’est trop bien ? Je ne vous apprends rien, je suis une fervente défendeuse (défenseuse ? défentrice ?) fan de la bienveillance. Je suis persuadée, et je l’observe au quotidien, de la puissance de cet outil pour faire le bien, et de son caractère universel. C’est bien beau, mais je suis souvent taxée de bisounours, trop gentille, et autres quolibets peu inspirants. On me reproche ma naïveté et me rétorque souvent que ce n’est pas un modèle viable sur le long-terme (ah ouais ?!).

Moi, prête à en découdre (lol)

Seulement voilà, mesdames et messieurs, sachez que la science est AVEC MOI (nous formons une team d’enfer). Eh oui, et c’est expliqué dans cet article, très très bien fait, publié par Merci Alfred. On nous y explique, en s’appuyant sur la célèbre Théorie des jeux, que l’attitude la plus rentable à long-terme pour le groupe est…. l’altruisme réciproque ! En d’autres termes, la bienveillance est la meilleure stratégie économique. En d’autres termes, être sympa, c’est trop bien (je vous l’avais dit pourtant).

Je vous invite plus que chaleureusement à lire l’intégralité de cet article, qui va encore plus loin, en montrant à quel point la coopération est bien plus efficace que la compétition (qui l’eut cru ? Ben beaucoup de gens en fait, Darwin en parlait déjà en 1859 – brave Darwin n’empêche).

La carotte et l’oignon, une team presque aussi gagnante que la science et moi (tu l’as ?)

On nous y explique également à quel point, bien que la confiance soit une bonne solution, nous vivons dans un monde qui évolue de plus en plus vers la défiance… et on nous y explique pourquoi !

Et surtout, j’ai envie de finir sur ça, on nous y donne de bonnes nouvelles, en partageant toutes les tendances encourageantes (le locavorisme, l’économie collaborative, l’exigence de la transparence, etc.) et en donnant des pistes pour que chacun, nous puissions aller dans ce sens (je le redis ? Allez lire l’article !).

Et si vous en voulez une autre couche, regardez aussi la vidéo de « Et tout le monde s’en fout » sur la bienveillance :

Bref… soyez sympas 😉

Julia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *