La suite de la légende des deux loups

Lors de chaque séjour CeQueJeVeuxFairePlusTard, je raconte « La légende des deux loups ».

C’est une légende amérindienne qui m’a permis de comprendre ce qui se passait au fond de moi, de l’accepter et de mieux vivre avec. Et lors des séjours, je trouve toujours une occasion pour la raconter. J’espère que cela aidera l’un des participants comme cela m’avait aidée moi-même à l’époque…

Il y a quelques mois, j’ai lu la suite de cette légende. Et j’ai trouvé que ce complément rendait le message encore plus puissant.

 

Alors aujourd’hui j’ai décidé de vous re-raconter la légende des deux loups, en entier cette fois-ci.

 

Un vieux Cherokee enseigne la vie à son petit-fils:

« Il y a un combat en moi. C’est un combat terrible entre deux loups. L’un est « le mal » – il est la colère, l’envie, le chagrin, le regret, la cupidité, l’arrogance, l’apitoiement, la culpabilité, le ressentiment, l’infériorité, le mensonge, la fausse fierté, la supériorité et l’ego.

L’autre est « le bien » – il est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la gentillesse, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi.

Le même combat se déroule à l’intérieur de toi et à l’intérieur de tout le monde. »

Le petit-fils réfléchit pendant une minute puis demande à son grand-père: « Lequel des deux loups gagne ? »

Le grand père répond : « Celui que tu nourris. »

Et c’est ainsi que se termine la première version. Avec l’idée qu’en choisissant de se concentrer sur le bon loup, de le nourrir, le choyer, nous attirons le positif et tenons à l’écart le négatif dans nos vies.

 

Le vieux Cherokee répond simplement : « Si tu les nourris correctement, ils gagnent tous les deux. »

 « Tu vois, si je choisis seulement de nourrir le loup blanc, le noir se cachera en attendant que je devienne distrait ou faible et il sautera pour obtenir l’attention qu’il recherche. Il sera toujours en colère et combattra toujours le loup blanc.

Mais si je le reconnais, il est heureux et le loup blanc est aussi heureux et nous gagnons tous. Car le loup noir a beaucoup de qualités – la ténacité, le courage, l’intrépidité, la volonté et une grande pensée stratégique – dont j’ai parfois besoin et dont le loup blanc manque. Et le loup blanc a de la compassion, de l’attention, de la force et la capacité de reconnaître ce qui est dans l’intérêt de tous. Tu vois, le loup blanc a besoin du loup noir à ses côtés.

Nourris seulement l’un des deux et l’autre sera affamé et deviendra incontrôlable. Si tu nourris et prends soin des deux, ils te serviront bien et ne feront rien qui ne fasse partie de quelque chose de plus grand, de bon, de relié à la Vie. Nourris les deux et il n’y aura plus de combat interne pour avoir ton attention. Et quand il n’y a pas de combat à l’intérieur de toi, tu peux entendre la voix de ton savoir intérieur qui te montre ce qui est juste en toutes circonstances. »

Ce complément me plait beaucoup. Il invite à l’acceptation de soi, dans sa globalité, autant avec ses qualités et ses parts d’ombre. Et c’est de toute façon en reconnaissant et en acceptant ses parts d’ombre que nous pouvons vivre plus en paix et profiter des qualités et de la force que cela nous insuffle.

 

« Acceptez tout ce que vous voyez. Acceptez-vous entièrement tel que vous êtes. C’est le début de la sagesse. » Ruth Fishel (S’Aimer un jour à la fois)

 

A très vite pour de nouveaux articles

 

*Photo by Marek Szturc on Unsplash 

*Photo by Nathan Lindahl on Unsplash

Un commentaire

  1. merci de ce partage !! cette légende est précieuse…
    belle continuation à tous les participants à CQJVFPT, en interne et en externe 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *