Aimer son prof = Aimer sa matière ?

Quand on demande aux participants de nos séjours CeQueJeVeuxFairePlusTard ce que c’est, pour eux, un bon prof, la réponse est unanime : un prof qui aime son métier, qui donne envie d’apprendre.

Et c’est vrai ! Je m’explique : un prof de physique-chimie qui aime la physique-chimie c’est top… (et logique !) Mais un prof de physique-chimie qui aime la physique-chimie ET ses élèves, c’est encore mieux.
Un enseignant aime quand ses élèves se trompent et a la capacité de voir un potentiel à déployer en chacun d’eux. Ceux qui m’ont le plus marquée aimaient le fait de transmettre des connaissances ! Les bons profs aiment les jeunes, expliquer mille fois un concept s’il le faut, s’adapter aux élèves et bien sûr, sont passionnés par leur matière.

Ce qu’il se passe dans la tête de ton prof de maths 😱

Anglais, mon amour

J’ai de la chance, des profs comme ça, j’en ai connu plusieurs ☺ Et aujourd’hui, je réalise à quel point ils peuvent changer un point de vue sur une matière. Quand j’étais petite (genre 7-8 ans), j’adorais baragouiner des mots inconnus au bataillon (un peu comme le mot « baragouiner » qui n’avait pas été utilisé depuis 1920) et prétendre que je parlais anglais. Imaginez comme j’avais hâte d’arriver en 6ème !

Bon tu l’imagines, tout ne s’est pas passé comme prévu (bah oui sinon je te raconterai pas pardi). Mes profs d’anglais en sixième, cinquième et quatrième ne m’ont pas franchement enchantée… En fait, je ne voyais aucun sens à ce que l’on faisait : on répétait des phrases, sans essayer d’en comprendre le sens puis, sans transition, un peu de conjugaison, le tout agrémenté de profs qui s’énervaient quand on se trompait… Spoiler : boooooooriiiinnnng, j’avais tellement peur de dire des bêtises que je ne voulais même plus parler. L’anglais était devenu ma bête noire… Moi ! Qui programmait de devenir Britney Spears 😱

Moi qui donnait tout pour parler anglais…

Devant des notes pas fofolles, ma maman n’a rien abandonné (Merci Maman !) et m’a inscrite à des cours particuliers.

Petite pensée pour mon premier prof particulier qui avait décidé, pour évaluer mon niveau, de me poser des questions. « What are you doing ? » (Que fais tu ?) Ce à quoi j’avais répondu avec une absolue certitude « I’m fine thank you » (Je vais bien merci)… Voici sa réaction.

Et là, j’ai fais la rencontre de Christelle. Elle était cool, rigolote et avait une trop belle écriture. Lors de mon premier cours, elle m’a expliqué que tout était possible, que j’étais jeune et que certaines personnes apprenaient à parler une autre langue à 50 ans, 60 ans…

Ouf, je ne suis pas un cas désespéré.

Elle m’a ensuite demandé sur quoi je voulais travailler. Aujourd’hui, cela me parait extrêmement logique de poser cette question, et pourtant, à l’époque je m’étais vraiment sentie comprise et respectée.
Je me souviens qu’en 3 séances, nous avons revu toute la conjugaison (oui oui, celle que je m’efforçais à comprendre depuis 3 ans). Tout paraissait simple avec elle : elle expliquait doucement, à mon rythme, avec pleins d’exemples et de blagues. Au lieu de me gronder car je n’avais pas appris mes verbes irréguliers, elle me les a fait apprendre sous forme de jeu et je m’en souviens encore aujourd’hui.

En quelques semaines, cette étudiante qui donnait des cours particuliers pour arrondir ses fins de mois m’a redonné envie d’apprendre l’anglais, de me tromper, de travailler mon accent sans avoir peur que l’on se moque de moi et surtout m’a fait comprendre que j’allais arriver à parler anglais si je le voulais vraiment.
Et aujourd’hui, j’adore parler anglais, même s’il m’arrive évidemment de faire quelques fautes.


Je ne suis pas un cas isolé. A chaque fois que je rencontre un groupe de jeune, il y en a toujours au moins un qui me dit « Avant, je n’aimais pas le français/les maths/la SVT/… Mais cette année j’ai un prof trop cool, du coup j’aime bien ». Évidemment parfois, même avec un bon prof, la matière reste notre bête noire mais quel plaisir d’être soutenu / compris / encouragé malgré les difficultés.

Et vous ? Vous êtes prof ? Vous êtes un élève ? Avez-vous des expériences à nous raconter ?

Allez Ciao !
Marine

 

2 commentaires

  1. Bonjour,
    J’ai une expérience à raconter.
    Je suis une bonne élève dans l’ensemble, et je n’ai pas vraiment de difficultés. J’apprécie tous mes professeurs, alors j’essaie (et j’arrive) à avoir des bonnes notes pour les satisfaire. Alors je vais vous donner un exemple qui confirme ce que dit cet article. Je suis en 4ème, et l’année dernière, j’avais une exellente professeure d’español. En début d’année, je ne comprenais pas vraiment la langues, mais au file des semaines, j’appréciais de plus en plus cette professeure. Elle était passionnée par son travail et aimait nous enseigner l’español. Et ça se sentait. Plus je l’appréciais, plus j’avais de bonnes notes. Très vite, j’ai adoré la langue et eu de bonnes notes. Tout me paraissait simple et amusant. Et je pense que c’est grâce à cette professeure. C’est parce que je sentais qu’elle prenait du plaisir à nous enseigner cette langue, qu’elle nous appréciait et que JE l’appréciais que j’ai aimé l’español et réussi à avoir un bon niveau. Elle a même pleuré avant le confinement parce qu’elle n’allait plus nous voir! J’ai plusieurs autres exemples avec d’autres professeurs parce que j’ai vraiment de la chance de les avoir et d’être dans ce collège, mais celui-là m’a le plus marqué parce que je ne savais pas qu’un professeur pouvait aimer ses élèves avant. Voilà

    • Bonjour,

      Merci pour ce très beau commentaire. Serait-il possible de le signer par votre prénom ? 🙂

      Lucie de l’association TADAM, ex CeQueJeVeuxFairePlusTard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *