Daniel Pennac : “J’étais un mauvais élève parce que j’avais peur”

Qu’est-ce qui fait qu’un enfant est mauvais élève ? Et que faire pour qu’il progresse ?

À ces questions, Daniel Pennac a des tas de réponses à nous donner. Il a justement été lui-même un mauvais élève dans sa jeunesse. Pourtant aujourd’hui il est devenu un auteur à succès ainsi qu’un professeur reconnu. Voici quelques conseils qu’il donne lors de cet entretien à Playground.

 

 

Daniel Pennac est convaincu que s’il a été un si mauvais élève, c’est avant tout parce qu’il avait peur de ne pas savoir répondre aux questions que poseraient les adultes. Toute cette peur de l’enfance est devenue une connaissance. Et son travail d’adulte aujourd’hui est de guérir les enfants de cette peur.

 

Comment vaincre la peur ?

Tout cela, c’est une histoire de solitude. Solitude des enfants, des parents et des professeurs. Il faut casser cette solitude.

Pédagogiquement, créer des projets communs où tout le monde serait impliqué. Il faut stimuler l’enfant sans tromper sa confiance.

Quand j’étais plus jeune, alors que je mentais beaucoup à un professeur de français parce que je ne faisais pas mes devoirs et n’apprenais pas mes leçons, il m’a dit « c’est bien tu as beaucoup d’imagination ». Au lieu de l’utiliser pour les mensonges, il m’a demandé d’écrire un roman. En contrepartie de ne pas faire mes devoirs ou d’apprendre mes leçons, il me demandait 10 pages de roman par semaine. Et cela m’a sauvé. Ce professeur a transformé un élève passif en élève actif qui écrit un roman.

 

Aujourd’hui, comment sont les élèves ?

Les jeunes d’aujourd’hui, les enfants, tout petits déjà dans le berceau, sont considérés par la société de consommation comme des clients. On produit des publicités pour les pousser à consommer, que ce soit les tablettes, les portables, les vêtements… Et ça c’est leur culture, la culture quotidienne. Ils vont donc se comporter comme des petits consommateurs vis-à-vis de leurs professeurs. Il est beaucoup plus difficile d’être professeur aujourd’hui que dans les années 50 où les enfants n’étaient pas encore des consommateurs de la société marchande.

 

Que peuvent faire les professeurs ?

Dissocier ces notions de désirs et de besoin fondamentaux (lire, écrire, parler). Apprendre à comprendre, c’est ça qui rend heureux. La compréhension est une bonne source de bonheur véritable.

 

Qu’est-ce qui fait l’éducation des enfants ?

C’est l’exemple.

 

 

3 choses à retenir :

1. Ce que tu sais ne t’appartient pas. Ce n’est pas ta propriété privée.

2. La curiosité est un bon remède contre la peur. Sois curieux, ouvre-toi.

3. L’amour rend intelligent.

 

C’est une vidéo à montrer aux enfants, aux parents, aux enseignants… et à tous les autres finalement !

Résultat de recherche d'images pour "gif salutation"

Lucie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *