Les conseillers d’orientation et moi !

Bonjour bonjour ! Ça fait longtemps pas vrai ?

Allez, tu m’connais maintenant, moi j’aime raconter ma vie☺ T’es prêt(e) ? Je vais te parler de mes expériences avec les conseillers d’orientation.

Avant de commencer, je tiens à préciser que ces propos me sont propres, c’est ce que j’ai vécu. Je ne jette pas la pierre aux conseillers d’orientation qui sont malheureusement très souvent surchargés de travail et font ce qu’ils peuvent pour accompagner au mieux les jeunes. Ce que je pointe du doigt, ce sont les méthodes utilisées, semblables un peu partout et peu efficaces à mon sens.

Je vous l’ai déjà dit ici, quand j’étais petite je voulais être une star ! Sauf que plus tard, en grandissant, ben… c’était beaucoup moins clair.

Je ne me souviens plus exactement quand l’angoisse de l’orientation est apparue mais je dirais que tout a commencé en 4ème. A cette époque, je rêvais d’une seule chose : quitter mon collège et faire une formation pour devenir monitrice d’équitation dans une école à la campagne !

Mon objectif number one !

Une première expérience… difficile

Ce projet stressait un peu mes parents. Bref, le deal c’était le désormais très célèbre : « tu continues tes études, tu pourras toujours rejoindre le monde de l’équitation après. »

Bon ok, me voilà en troisième, les résultats baissent et la motivation aussi. Allez un p’tit RDV au CIO de ma ville pour faire le point là-dessus ! Résultat ? Un monsieur qui me faisait un peu peur m’étale sous le nez des formations de toutes sortes en regardant mes résultats scolaires. Rien ne me plait donc forcément, je panique et … surprise, je me mets à pleurer face à mes parents et ce monsieur qui (c’est ce que je ressens sur le moment) attendent que je choisisse une voie pour toujours là, maintenant, tout de suite.

Je prends mon courage à deux mains et je commence à parler de mon projet équestre et là… C’est le drame… L’homme se met à rire et dit « oh bah non voyons tu es beaucoup trop sensible pour travailler avec les chevaux ! Regarde ! Tu n’arrêtes pas de pleurer… Et si un cheval meurt, comment tu vas faire ? Il faut être un gros dur pour travailler dans ce milieu là ! ».

Tristesse a pris le contrôle à ce moment là.

« Ah… Bon bah seconde générale ce sera alors … » Avec encore moins d’idées pour la suite que j’en avais en arrivant chez le conseiller.

Tests, examens et re-tests !

Après cet épisode fâcheux, j’en ai vu plein d’autres des conseillers, de toutes sortes… Du très classique test sur ordinateur aux rendez-vous les plus farfelus, j’avançais dans mon orientation stressée et fâchée.  J’avais perdu confiance. Pourtant, toutes les personnes que j’ai rencontrées ont été assez bienveillantes, compréhensives. Je ne comprenais tout simplement pas à quoi servaient tous ces tests. J’attendais un résultat, qu’on me donne, clés en main, mon parcours scolaire et professionnel. Sauf que cela ne marche pas comme ça. Les résultats de ces tests étaient toujours les mêmes : je pouvais me diriger vers une voie littéraire ou scientifique. Bref la balle était dans mon camp.

 

Liste réelle et non exhaustive des conseillers rencontrés :

  • Celui qui m’a fait dessiner un arbre (cela aurait pu être une très bonne idée mais je ne sais toujours pas aujourd’hui à quoi cela a servi),
  • Celui qui m’a fait faire une dissertation pendant 2 heures,
  • Celui qui m’a fait remplir un test sur son ordinateur : résultat, je pouvais être bergère ou bucheronne (moi ? couper des arbres ? LOL)
  • Et enfin, celle qui a analysé mon écriture, et mes photos, de face et de profil : ses conclusions au bout de trois séances ? Personne extrêmement sensible qui peut se diriger vers toutes les voies qu’elle veut. Merci kiki !!

 

Bon bref voilà vous l’aurez compris, ces conseillers ne m’ont pas été d’une grande aide et ont même été parfois destructeurs de confiance en soi. J’ai compris bien plus tard qu’on oublie souvent un élément essentiel : nous sommes maitres de nos choix. Le chemin, c’est nous qui le faisons, c’est à nous de décider in fine. Les conseillers d’orientation ne sont pas des magiciens.

C’est quelque chose que j’ai compris lors de mon séjour chez CeQueJeVeuxFairePlusTard, je vous en parlerai une autre fois !

Allez bisous bisous

Marine

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *